Copyright 2020 - CP St Benoît Près d'Œlenberg

Fête de l'Ascension

Déconfinés, mais pas rassurés ! Voici ce qu’on peut dire de notre état d’esprit à la veille de la fête de l’Ascension. De quoi avons-nous peur : du virus, de nous retrouver avec d’autres personnes, ou de notre propre ombre dans un banc de l’église ?... Peut-être un peu de tout cela ! Et pourtant plusieurs sont ceux qui se demandent : quand allons-nous revenir dans nos églises ? ou encore : c’est pour bientôt ?

Curieusement l’Esprit Saint vient au secours de notre faiblesse (cf. Rm 8, 26) et nous lisons les paroles de Jésus comme s’il voulait lui-même nous répondre en ces temps incertains : « Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. » (Ac 1, 7)

Nous poursuivons donc notre chemin de préparation à ces deux grandes fêtes chrétiennes qui dans l’histoire de l’Église naissante marquent deux pas importants : l’Ascension du Seigneur – fin de la période de préparation, et la Pentecôte – envoi des disciples en mission. 

Entre les deux, du 22 au 30 mai, nous sommes invités à former les « cénacles », ces communautés intermédiaires – entre la cellule familiale et la communauté paroissiale – qui permettront de retrouver le sens d’une prière communautaire et celui du rassemblement dans l’église-bâtiment. La neuvaine diocésaine nous aidera à poursuivre ce chemin vers la Pentecôte. 

[>>>En chemin vers la Pentecôte : https://www.alsace.catholique.fr/actualites/375070-en-chemin-vers-pentecote/ ]

Oraison

Dieu qui élèves le Christ au-dessus de tout, ouvre-nous à la joie et à l’action de grâce, car l’Ascension de ton Fils est déjà notre victoire : nous sommes les membres de son corps, il nous a précédés dans la gloire auprès de toi, et c’est là que nous vivons en espérance. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles.℟. Amen.

Liturgie de la Parole :

Première lecture : « Tandis que les Apôtres le regardaient, il s’éleva » (Actes des Apôtres 1, 1-11)

Ps 46 (47), 2-3, 6-7, 8-9 : Dieu s’élève parmi les ovations, le Seigneur, aux éclats du cor (Ps 46, 6)

Deuxième lecture : « Dieu l’a fait asseoir à sa droite dans les cieux » (Éphésiens 1, 17-23)

Acclamation (Alléluia) : Allez ! De toutes les nations faites des disciples, dit le Seigneur. Moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde (Mt 28, 19a.20b)

Évangile : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre » (Mt 28, 16-20)

[>>>Textes de la liturgie de la Parole sur le site AELF : https://www.aelf.org/2020-05-21/romain/messe ]

Commentaire

Au début du livre des Actes, l’ascension de Jésus n’apparaît pas comme une sorte de redondance de sa résurrection, mais comme l’événement qui inaugure une nouvelle étape de l’histoire du salut. Avec la mort et la résurrection de Jésus, une page est tournée, dont Luc a parlé dans un premier livre, son évangile.
Le second livre commence par un temps de probation. Les quarante jours pendant lesquels le Ressuscité s’est montré à ses disciples évoquent le déluge purificateur, mais aussi la traversée du désert et les tentations de Jésus. Le cours de l’histoire est comme suspendu en attendant que la puissance de l’Esprit fonde sur les disciples. Mais, auparavant, se produit ce qu’il faut bien appeler l’enlèvement du Ressuscité, son arrachement à la terre. Désormais, pourquoi regarder vers le ciel ? Tout est prêt pour que s’ouvre sur terre le temps de l’Esprit et de l’Église.

La finale de l’évangile de Matthieu souligne, précisément, la portée ecclésiale de l’ascension de Jésus. Avant de quitter la terre, celui-ci proclame le pouvoir cosmique dont Dieu l’a revêtu, mais c’est pour fonder la mission universelle qu’il confie à ses disciples. A ceux-ci, le Ressuscité demande d’annoncer l’Évangile et de baptiser les nations, ce qui inscrit la vocation de l’Église dans une parfaite continuité avec le ministère de Jésus et des apôtres. La formule trinitaire mentionnée ici (la seule fois dans le Nouveau Testament) reflète la pratique baptismale de la deuxième ou de la troisième génération chrétienne, confirmant l’enracinement ecclésial de notre texte.

Il est significatif que ces deux lectures signalent, dans le proche contexte du départ de Jésus, les difficultés et les hésitations de la foi des disciples. Selon Luc, les apôtres posèrent au Ressuscité cette question inattendue : « Est-ce maintenant que tu vas rétablir la royauté en Israël ? ».Quant à Matthieu, il note que les Onze, en voyant le Seigneur, “se prosternèrent, mais quelques-uns eurent des doutes”. C’est que la foi n’est jamais que la foi, forte de la faiblesse inhérente à tout acte libre.

[>>>Croire-Paroisses : https://croire.la-croix.com/Paroisses/Textes-du-dimanche/2017/Ascension-jeudi-25-mai-2017/Avec-la-Parole/Commentaire ]

Homélie

Tout un monde à évangéliser

Depuis le jour de sa résurrection, Jésus est apparu plusieurs fois à ses disciples. Ils le savent vivant. Ils ont recueilli ses dernières consignes. Il leur faudra maintenant comprendre que sa mission sur terre est terminée.

Jésus doit retourner vers son Père.

Jamais plus on ne le verra, on ne l’entendra, on ne sera près de lui comme avant.

« Ne restez pas là à regarder »

Les apôtres sont là ; ils regardent vers le ciel.

On les sent gagnés par la tristesse. Ils sont désemparés. Un ange vient donc les secouer et les ramener à la réalité. Le temps n’est pas aux pleurs et aux lamentations. Il n’est pas non plus au repli sur soi. Durant les derniers jours où il a vécu avec eux, Jésus s’est efforcé de leur faire prendre conscience de ce qu’il attendrait d’eux au moment de son départ. Leur mission est claire...

Ils ont à témoigner de ce qu’ils ont vu, entendu et vécu. Ils doivent le faire ouvertement, au grand jour, en plein monde. Ils sont chargés de rien de moins que de porter la Bonne Nouvelle aux quatre coins du monde.

« Vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. »

Il y a une stratégie à adopter. Prêcher d’abord chez soi ; aller ensuite dans les environs et les voisinages ; passer finalement à la conquête du monde. Ce que les apôtres ont inauguré, l’Église le poursuit. Depuis plus de 2000 ans, elle s’efforce de remplir la mission qui lui a été confiée. Cela n’a jamais été facile. Il y a eu des avancées et des reculs. Prêcher l’Évangile est un engagement. Témoigner du Christ ressuscité est parfois une mission difficile et délicate. Dans notre milieu, nous réalisons de plus en plus la nécessité d’évangéliser. Il n’en était pas ainsi il y a cinquante ans. D’où les appels à tous et à toutes que l’Église lance fréquemment. Les temps sont difficiles. À chacun de faire sa part. À chacune et à chacun de pousser à la roue.

Très bien ! Mais comment faire ?

Nous ne sommes pas habitués à transmettre notre foi aux autres. Nous sommes malhabiles, craintifs, quand l’occasion se présente de parler du Christ, de l’Église, de la foi, des mystères chrétiens. Les mots pour dire ce que nous croyons nous manquent. Nous ne savons pas par où commencer.

L’Église ne nous demande-t-elle pas trop quand elle nous demande de devenir des missionnaires ? Nous n’avons pas étudié pour cela. On ne nous a pas appris.

Une force et une présence

Les premiers apôtres avaient sans doute des sentiments semblables aux nôtres. Comme nous aujourd’hui, ils devaient se demander comment procéder pour mettre en pratique l’ordre du Ressuscité et se montrer dignes de la confiance qu’il leur témoignait.

« De toutes les nations faites des disciples. »

Quelle tâche! Elle devait leur sembler au-dessus de leurs forces.

Peu à peu, ils ont cependant compris qu’ils n’étaient pas seuls pour réaliser ce qui leur était demandé. Ils pouvaient compter sur le Christ lui-même et sur le don de son Esprit. Ce qui est vrai aussi pour nous.

Revoyons ce que dit l’apôtre Paul, en s’adressant aux chrétiens et chrétiennes d’Éphèse. Ces croyants trouvaient difficile de témoigner de leur foi. Ils n’étaient pas toujours à la hauteur de ce qu’on espérait d’eux. Paul les interpelle :

« Ouvrez vos yeux. Voyez quel esprit a été mis en vous. C’est cet esprit qui a ressuscité Jésus d’entre les morts et l’a fait asseoir à la droite du Père, dans les cieux. »

Dans la force de l’Esprit, témoigner du Christ devient possible. Sans cette force, la mission devient impossible.

Prenons conscience que l’Esprit du Christ – ce même Esprit qui a habité dans le cœur des premiers disciples – habite réellement en nous.

L’Esprit n’est pas réservé à quelques-uns. Il est donné à chacun, à chacune, et à tous. Chacun reçoit « sa » grâce de missionnaires (évangélisateur).

Quelqu’un sera appelé à évangéliser dans sa propre maison, un autre à son travail, un troisième en s’impliquant dans la paroisse, un quatrième en s’engageant pour une cause d’ordre social.

À chacun, à chacune d’entre nous de découvrir ce qu’il peut accomplir personnellement et avec d’autres, pour répondre à l’appel du Christ : « De toutes les nations faites des disciples. »

Il nous faut aussi considérer ce qui est dit dans l’évangile :

« Et moi, dit Jésus, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

L’affirmation est claire, directe et combien réconfortante. Elle permet toutes les espérances. Elle peut donner toutes les audaces. Le Ressuscité nous accompagne comme il a accompagné ses premiers disciples. Il relève avec nous le défi de l’annonce du Royaume aux nations. Il est partie prenante de tous nos combats pour l’évangélisation de nos familles et de notre milieu. Notre cause est la sienne. Sa mission est la nôtre.

Avec lui, qu’y a-t-il alors d’impossible ?

Prière universelle

En cette fête de l'Ascension, nous confions tous les besoins de nos sœurs et de nos frères à Celui qui monte vers le Père :

  • Seigneur Jésus, comble de ta grâce ton Église qui demeure en ce monde, qu’elle témoigne de ton amour pour tout homme et que chacun accueille son humble présence ! Prions.
  • Seigneur Jésus, tu vois le cœur de chaque être humain, aide tous les gouvernants en ce monde à se tourner vers toi pour voir comment ils doivent servir les peuples dans la justice et la paix ! Prions
  • Seigneur Jésus, à la droite du Père dans les cieux, regarde ceux qui pleurent [leurs chers disparus] dans ce monde aujourd’hui, qu’ils trouvent toute consolation en toi ! Prions
  • Seigneur Jésus, en ce mois de mai, avec le pape François, nous te prions pour les diacres, icônes du Christ serviteur, qu’ils soient fidèles à leur charisme au service de la Parole et des pauvres, en devenant des signes stimulants pour toute l’Église ! Prions.
  • Seigneur Jésus, tu es avec nous jusqu’à la fin du monde, que ta présence dans l’Eucharistie ainsi qu'en toute personne humaine, notamment dans les pauvres et les petits, invite tous les baptisés à te servir et à t’aimer ! Prions.

Dieu le Père, que toutes nos demandes inspirées par ton Esprit montent vers toi avec la présence au ciel de Jésus Christ, ton Fils notre Seigneur. – ℟. Amen.

[>>>Publié par Jardinier de Dieu, 19 Mai 2020 : http://jardinierdedieu.fr/priere-universelle-de-l-ascension.html ]

Acte de communion spirituelle

Pour ceux qui suivent la messe transmise par la TV ou à la radio.

Je crois, mon Jésus, que tu es réellement présent dans le Très Saint Sacrement de l’autel. Je t’aime par-dessus toute chose et je désire ardemment te recevoir dans mon âme. Puisque je suis incapable de Te recevoir de façon sacramentelle, entre au moins spirituellement dans mon cœur. Je T’embrasse comme si Tu y étais déjà et je m’unis entièrement à Toi. Ne permets jamais que je sois séparé de Toi. Ainsi soit-il.

Prière à Marie

Paul Claudel, « Parce que Vous êtes Marie, Mère de Jésus-Christ, soyez remerciée ! »
« Il est midi. Je vois l’église ouverte, il faut entrer. Mère de Jésus-Christ, je ne viens pas prier.
Je n’ai rien à offrir et rien à demander.
Je viens, seulement, Mère, pour Vous regarder.
Vous regarder, pleurer de bonheur, savoir cela que je suis Votre fils et que Vous êtes là.
Rien que pour un moment pendant que tout s’arrête.
Être à Vous, Marie, en ce lieu où Vous êtes.
Ne rien dire, regarder Votre visage, laisser le cœur chanter dans son propre langage.
Ne rien dire, mais seulement chanter parce qu’on a le cœur trop plein, comme le merle qui suit son idée en ces espèces de couplets soudains.
Parce que Vous êtes belle, parce que Vous êtes immaculée, la femme dans la Grâce enfin restituée, la Créature dans son bonheur premier et dans son épanouissement final, telle qu’elle est sortie de Dieu au matin de Sa splendeur originale, intacte ineffablement.
Parce que Vous êtes la Mère de Jésus-Christ, qui est La vérité entre Vos bras, et La seule espérance et Le seul fruit.
Parce que Vous êtes la femme, l’Éden de l’ancienne tendresse oubliée, dont le regard trouve le cœur tout à coup et fait jaillir les larmes accumulées...
Parce qu’il est midi, parce que nous sommes en ce jour d’aujourd’hui, parce que Vous êtes là pour toujours, simplement parce que Vous êtes Marie, simplement parce que Vous existez, Mère de Jésus-Christ, soyez remerciée !
Ainsi soit-il. »

[>>>Sur le Site Catholique : http://site-catholique.fr/index.php?post/Priere-Mariale-de-Paul-Claudel ]

« Sub tuum praesidium confugimus, sancta Dei Genitrix : nostras deprecationes ne despicias in necessitatibus, sed a periculis cunctis libera nos semper, Virgo gloriosa et benedicta. »

« Sous l'abri de ta miséricorde,
nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu.
Ne méprise pas nos prières
quand nous sommes dans l'épreuve,
mais de tous les dangers délivre-nous toujours,
Vierge glorieuse et bénie
. »

Liens pour vivre et célébrer la Parole de Dieu

>>>Liturgie et Sacrements (CEF) : https://liturgie.catholique.fr/accueil/annee-liturgique/du-careme-au-temps-pascal/le-temps-pascal/303340-celebrer-fete-ascension-famille-eglise-domestique/

>>>Diocèse de Strasbourg : https://www.alsace.catholique.fr/wp-content/uploads/sites/14/2020/05/liturgie_domestique-fete-de-lAscension_21mai2020.pdf

Liens pour les chants de ce dimanche

>>>TEXTE COMPLET à télécharger : http://presdoelenberg.org/images/feuilles-dominicales/FD_2020/ASCENSION-2020.pdf

LOGO

Communauté de Paroisses
St Benoît près d’Œlenberg
49, rue Aristide Briand
68460 Lutterbach
tél. +33 3 89 52 16 14
e-mail st-benoit@presdoelenberg.org