Copyright 2020 - CP St Benoît Près d'Œlenberg

Sainte Cécile (basilique de Lutterbach)Le culte de Sainte Cécile est ancien et son histoire mal connue. Le récit de sa vie fut notamment raconté dans la Légende dorée de Jacques de Voragine.

La date de son martyre, rapporté par ses Actes de martyre n’est pas établie avec certitude. Certains le situent au temps du règne d’Alexandre Sévère (222-235), d’autres au temps du règne de Dioclétien (284-305) et de la dernière des grandes persécutions contre les chrétiens.

D’une famille de l’aristocratie romaine, Cécile est chrétienne. Elle était résolue à garder sa virginité, toutefois sans l’avouer ni à ses parents, ni à son fiancé Valérien, païen.

Le jour de ses noces, se trouvant seule avec son époux, la première chose qu’elle fait, est de lui révéler son secret. Elle lui affirme qu’elle est défendue par un ange. Si Valérien veut voir cet ange, il doit être purifié, et, pour être purifié, il lui faut aller trouver le saint évêque Urbain qui se cache au milieu des tombeaux. Valérien se rend alors à l’endroit indiqué, retrouve Urbain, et là, se convertit au christianisme. Revenu vers Cécile, il la trouve en prière, et auprès d’elle, aperçoit l’ange ailé et brillant comme une flamme, qui tient deux couronnes formées de lys et de roses. Valérien en reçoit une, Cécile l’autre.

L’ange, avant de disparaître, demande à Valérien quelle grâce il désire. Celui-ci répond qu’il souhaiterait voir son frère Tiburce se convertir. Après quelques réticences et interrogations, Tiburce est à son tour baptisé par Urbain.

À cette époque, le préfet de Rome persécutait violemment les chrétiens. Valérien et Tiburce s’employaient à procurer aux martyrs la sépulture qui leur était refusée. Dénoncés, ils furent condamnés à être décapités.

À son tour, Cécile fut inquiétée par le préfet. Ayant cédé sa maison à un sénateur récemment devenu chrétien pour qu’il en fasse une église (qui subsiste encore aujourd’hui, c’est l’église Sainte-Cécile-du-Trastevere à Rome) où le pape Urbain pourrait se cacher et continuer à administrer le baptême, elle se rendit auprès du préfet qui l’avait convoquée. Elle fut condamnée à mort.

Elle fut d’abord condamnée à être étouffée par des vapeurs de bain. Mais cette tentative pour la faire mourir échoua. On décida alors de la décapiter. En attendant le coup de hache du bourreau, Cécile se met à chanter. Frappée alors de trois coups de hache par le bourreau, elle fût laissée mourante sur le sol. Elle expira au bout de trois jours d’agonie.

Il semble que le culte de sainte Cécile soit né au XVème siècle. Son corps fut recherché et retrouvé en 1599. Depuis, sa renommée s’est considérablement accrue tout au long du XVIème siècle. Elle fut, de nombreuses fois, représentée en peinture. Des manifestations ainsi que des célébrations en son honneur se multiplièrent dans toute l’Europe.

La fête de la Sainte Cécile est célébrée le 22 novembre dans le calendrier romain. Cécile est vénérée comme sainte et martyre dès la fin du Vème siècle. Elle est considérée comme patronne de la musique sacrée, des musiciens et des choristes.

LOGO

Communauté de Paroisses
St Benoît près d’Œlenberg
49, rue Aristide Briand
68460 Lutterbach
tél. +33 3 89 52 16 14
e-mail st-benoit@presdoelenberg.org